Le secteur de la distribution

Accueil / Actualités / Actualités / Le secteur de la distribution
Dans un environnement très concurrentiel où la guerre des prix fait rage, les enseignes traditionnelles sont bousculées et Amazon monte en puissance.

Le secteur de la distribution

Les mesures en faveur du pouvoir d'achat récemment prises par le gouvernement commencent à doper la consommation (+ 0,4 % en juillet). Mais pourront-elles redonner des couleurs aux acteurs de la distribution ?

Un secteur concurrentiel

Le secteur de la distribution est confronté à de multiples défis : une croissance atone en Europe, une guerre des prix, un changement de comportement des consommateurs et une révolution numérique. Si l'on ajoute le mouvement des gilets jaunes et les intempéries, on comprend pourquoi la grande distribution est devenue un univers impitoyable, où le chiffre d'affaires progresse peu et où les marges sont faibles. En outre, il existe une particularité bien française qui accroît encore les tensions entre les différents acteurs : les six plus importantes entreprises détiennent chacune plus de 10 % de parts de marché, ce qui est unique en Europe. Et pousse à des baisses de prix qui rognent la rentabilité. Dans ce contexte, les hypermarchés souffrent particulièrement, les ménages préférant les plus petites surfaces et les magasins de proximité. Ce modèle demeure malgré tout un vecteur important de consommation dans l'Hexagone, avec 110 Md€ de chiffre d'affaires en 2018, selon Euromonitor.

La façon de consommer change

La façon de consommer a radicalement changé au cours des vingt dernières années. On accorde en effet plus d'attention aux produits et aux aliments achetés. Carrefour, qui avait prospéré grâce à la standardisation et aux économies d'échelle, a dû modifier sa stratégie, l'objectif d'Alexandre Bompard, son PDG, étant désormais de rendre la qualité nutritive accessible à tous. Réussir la transformation numérique du groupe est également un de ses principaux soucis, Carrefour ayant pris un énorme retard par rapport à Cdiscount (fleuron du net appartenant à Casino) et surtout face à un Amazon de plus en plus puissant. Casino, quant à lui, a choisi de pactiser avec le géant américain, qui propose les produits de ses filiales Monoprix et Naturalia à ses clients Prime. Il reste que la société de Jean-Charles Naouri a traversé une période très difficile et a dû céder de nombreux actifs afin de réduire son endettement. La Bourse a préféré jouer les sociétés spécialisées et de plus petite taille, plus agiles pour tirer leur épingle du jeu.

Les principales valeurs du secteur
Valeurs Evolution sur 1 an Evolution sur 5 ans
Amazon (1) - 12 % + 419 %
Carrefour Stable - 41 %
Casino + 27 % - 57 %
Fnac Darty - 18 % + 76 %
Manutan - 16 % + 44 %
(1) En dollars à Wall Street


[27/09/2019]

 

@Les Echos Publishing
La Rédaction