Le secteur pharmaceutique

Accueil / Actualités / Actualités / Le secteur pharmaceutique
La pharmacie retrouve la santé.

Le secteur pharmaceutique

Affaiblis sur la période 2010-2016 par l'arrivée massive des génériques de leurs " blockbusters ", produits vedettes qui ont perdu leur brevet, et par des baisses tarifaires, les grands laboratoires qui vivaient jusqu'alors sur la rente de leurs médicaments stars ont dû engager une mutation qui commence à payer.

Pour regarnir leur portefeuille, désespérément vide, ils ont multiplié les acquisitions, certes onéreuses, en s'emparant de sociétés innovantes dans les biotechnologies. Résultat, les fusions-acquisitions se sont multipliées. Dernière en date, le rachat de la biotech américaine Celgene par le laboratoire Bristol-Myers Squibb pour 74 milliards de dollars, une des plus grosses opérations de l'histoire du secteur.

Les changements de direction, les réorganisations en profondeur et l'amélioration de la productivité ont, pour tous ces acteurs, été aussi au menu.

Le remède a fonctionné

Du coup, les investisseurs redécouvrent ce secteur au profil défensif qu'ils avaient délaissé en raison de valorisations élevées et d'un manque de relais de croissance. Les valorisations sont désormais plus abordables. Et l'horizon s'est dégagé. Selon le cabinet d'études américain Evaluate Pharma, le marché mondial des produits sur ordonnance devrait franchir la barre des 1 000 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans les années qui viennent pour atteindre 1 200 milliards de dollars en 2024 (+ 50 % en 7 ans).

Des parcours contrastés en France

Le champion français du secteur, Sanofi, a suivi le mouvement. Il connaît un retour en grâce depuis un an : son action s'est bien comportée en 2018, regagnant près de 15 % alors que le Cac 40 baissait. Le laboratoire a renoué en fin d'année dernière avec une croissance solide.

Quant au laboratoire familial Ipsen qui a, depuis 5 ans, entamé sa transformation vers un groupe de spécialités focalisé sur l'oncologie, il a affiché un parcours boursier impressionnant (+ 284 %) sur cette période, traduisant le succès de sa stratégie.

À l'inverse, le numéro un européen de la désensibilisation à l'allergie, Stallergenes, doit encore convaincre de son redressement après le grave incident de production qu'il a subi il y a deux ans.

Enfin, le laboratoire lyonnais Boiron souffre des craintes d'un déremboursement de l'homéopathie en France, son premier marché.

Les principales valeurs du secteur
Valeurs Évolution sur 1 an Évolution sur 5 ans
Sanofi + 14 % + 0,30 %
Ipsen + 1,20 % + 284 %
Stallergenes - 13 % - 51 %
Boiron - 20 % - 6 %


[06/06/2019]

 

@Les Echos Publishing
La rédaction